Alimentation Etudiante

Festisciences

Ça se bousculait au stand pour goûter à notre repas bio-local et connaître l’asso !

10696394_406138706200631_1727647959482022868_n

A l’occasion du Festi’sciences du
27 Novembre, des centaines de
jeunes de la fac de sciences ont pu non seulement goûter à notre super repas, mais aussi se sensibiliser à des
modes de fonctionnement que l’on ne voit pas sur tous les événements : pas
d’assiettes en carton, chacun fait sa vaisselle dans la bonne humeur…
Ils ont aussi pu connaître l’asso et ses actions.
Bref, que du positif !

De la Fourche à la fourchette!

 

Le projet « alimentation étudiante » de l’Ouvre-Tête vise à promouvoir une alimentation étudiante durable et solidaire, qui respecte l’environnement tout autant que le producteur et le consommateur.Voici le bilan des activités menées par l’équipe bénévole, avec le soutien d’Emilie, et de Marion bien sûr. Merci à tous les bénévoles pour leur implications, plus particulièrement à Julien, Julie, Hanna, Thib, Johann, Nathalie, Pat, Tim….et bien d’autres!.

Accéder au bilan 2010 -11 du projet Alimentation de l’Ouvre Tête

Pour la rentrée on reprendra sur notre lancée:

La restauration universitaire:

Proposer des produits de proximité, issus de l’agriculture biologique et de saison dans les restaurants universitaires de Montpellier!

Cela pour évoluer vers une conscience collective qui prône un respect de notre environnement et la valorisation des liens sociaux tout au long de la chaîne alimentaire (producteur, cuisinier, consommateur, etc…)

Alors que la volonté d’introduire des produits issus de l’agriculture biologique dans les retsaurants universitaires est un objectif du Grenelle 1, il se pose encore plus la question de l’origine géographique de ces produits. Afin d’assurer une provenance locale des aliments, nous sommes rentrés en contact avec différentes coopératives de la région et d’autres organismes: « CIVAM«  et « Un plus Bio ».

Après différents contacts avec les institutions : CROUS, Agenda 21 (UM2) et d’autres associations comme Ingénieurs sans Frontière, nous persévérons dans cette démarche et espérons que cela portera ses fruits!

Les Paniers de produits bio et locaux:

Les étudiants sont de plus en plus nombreux à se tourner vers un choix d’alimentation sain, équitable, respectueux de l’environnement, favorisant le lien avec les producteurs. Ainsi, deux associations étudiantes proposent depuis bientôt 4 ans et avec un nombre grandissant d’adhérents, des paniers de légumes bio sur les universités Montpelliéraines.

En s’inspirant largement du principe des AMAP (1), « Paniers-Piano » et « Papill’ons » mettent en relation des producteurs locaux avec des étudiants et proposent une distribution hebdomadaire de fruits et légumes de saison.

L’Ouvre-Tête soutient ces projets, suit les dynamiques en place dans l’idée de faire davantage de lien entre les différents acteurs, d’une meilleure communication autour de l’alimentation et d’une sensibilisation des étudiants.

Une réflexion autour des circuits courts, de l’agriculture locale et de l’accès à une alimentation de qualité au public étudiant est abordée à travers toutes ces actions.

Les jardins potagers étudiants:

Les jardiniers se font de plus en plus actifs également sur les campus. Cette année, on compte les jardins potagers étudiants de Supagro: le Pouce Vert, La Mauvaise Graine à l’UM3, Montpotager à l’UM2 et le tout dernier en date qui tient lieu de site pilote: le jardin de la cité U la Colombière.

L’Ouvre-Tête soutient ce nouveau jardin dans l’idée de reprendre cette initiative dans d’autres citésU.

Qu’il s’agisse des « AMAP Campus » ou des jardins partagés étudiants, le rôle de l’Ouvre-Tête est de promouvoir les projets existants, soutenir ceux qui se créent, se rencontrer, partager expériences et projets, faire du lien, dans une dynamique de réseau!

Un projet d’épicerie « bio-solidaire »:

Une idée toute récente qui demande à être développée: une épicerie de proximité sur le campus, destinée à proposer des aliments de qualité, produits localement, issus d’une agriculture respectueuse de l’environnement et à prix modeste. Un pari audacieux qui réunirait producteurs locaux, étudiants, CROUS et universités!

Tout au long de l’année scolaire, nous organisons des projections, animations, débats, ateliers, qui sont proposés tant par des étudiants que associations ou professionnels de l’alimentation.

D’autre part, un groupe « cuisine » s’est constitué cette année encore au sein de l’association autour de l’organisation de la Semaine de l’Environnement. Le parti pris de proposer des repas, boissons et nourriture au plus près de l’éthique que nous défendons, tout au long de la semaine, demande une grande implication de la part des organisateurs: constitution de menus avec des produits locaux, de saison, bio quand cela est possible, rencontre de producteurs, mise en place d’une logistique et d’une équipe de cuisiniers pour ocnfectionner des plats à partir de produits frais et de matière premières (tout est cuisiné sur place),…

Le choix de la nourriture et des boissons servis pendant la manifestation constitue en effet une sensibilisation du public à part entière pour les organisateurs.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter la revue sur l’alimentation éditée par le GRAPPE, qui comprend un chapitre sur les restaurants universitaires:  ici.

Contacts et informations:

Pour plus d’informations n’hésitez pas à venir consulter notre blog

(1) AMAP: Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne

Les Amap représentent aujourd’hui une alternative à l’industrie agro-alimentaire. L’accès à des produits frais, de saison et de qualité tout en rencontrant les producteurs. Les produits sont cultivés de la manière la plus respectueuse possible de l’environnement. Le  prix du panier est fixé de manière équitable: il permet au producteur de couvrir ses frais et de dégager un revenu décent, tout en restant abordable par le client. Un tel prix est rendu possible grâce à l’absence d’intermédiaires, d’emballage et de gâchis des produits. Car si le bio est le premier pas de cette démarche, il s’agit surtout d’un état d’esprit solidaire, qui vise à faire vivre les producteurs et à conserver une activité agricole locale.